Contrairement à ce que l’on peut penser, la couleur des dents ne vient pas uniquement de l’hygiène et du brossage… Elle est déterminée de manière génétique, et dépend aussi du contraste de couleurs “peau-dents » et « gencive-dents »…

Certains aliments ou boissons colorés font jaunir les dents; c’est le cas du thé, du café, du vin rouge, du curry, de la cigarette.

En parallèle, au fil du le temps, l’émail s’use, devient de plus en plus transparent et rend visible la couleur jaunâtre de la dentine, constituant l’intérieur de la dent. Des microfissures se produisent sur l’émail, créant ainsi des rugosités où s’accumulent débris et tâches. La dentition apparait alors plus jaune.

-Quel produit pour blanchir ?

Le peroxyde d’hydrogène est un dérivé de l’eau oxygénée qui oxyde les molécules foncées contenues à l’intérieur de la dent, pour obtenir des molécules plus claires. Mal utilisé, il peut causer des brûlures de gencive et endommager l’émail des dents. Selon la concentration, l’utilisation du produit sera quotidienne à la maison (faible concentration moins de 0,1%) ou bien réservée au chirurgien dentiste en cabinet (forte concentration)jusqu’à 6%)

-Quels sont les risques des produits éclaircissants ?

L’intervention de blanchiment des dents en cabinet dentaire peut paraitre onéreuse comparée aux d’autres techniques moins couteuses qui existent et sont de ce fait plus attractives: kits de blanchiment achetés en pharmacie, soins effectués dans les ”bars à sourire” etc.

Mais il faut savoir qu’aux faibles concentrations autorisées en vente libre sur le marché, le peroxyde d’hydrogène nécessite, pour être efficace, un usage prolongé et répété.

Or un usage prolongé et répété de ce produit est à l’origine d’effets agressifs et irréversibles sur la dent, la gencive et le parodonte entrainant des conséquences telles que:

-Une hypersensibilité des dents

-Une altération de l’émail et une déminéralisation sur les tissus durs de la dent augmentant leur perméabilité.

-Une usure prématurée des dents

-Une fragilisation de la dent

-L’irritation des muqueuses, des brûlures des gencives

-Des réactions avec les matériaux d’obturation dentaires (amalgames, composites)

-Une recoloration plus rapide des dents: en effet, en cas d’expositions trop longues ou trop fréquentes, l’altération de l’état de surface de l’émail dentaire va faciliter la fixation de nouveaux pigments.

Seul le chirurgien-dentiste est habilité à employer des produits éclaircissants à concentration satisfaisante, sans risque de toxicité, et ce dans un environnement de confort et de sécurité. Il connait parfaitement la composition, le bon usage  et le résultat du produit qu’il utilise.

-Les dentifrices blanchissants

Ils sont 20 a 25% plus chers que les autres dentifrices mais sont ils réellement efficaces ?

Ils ne contiennent pas de produits réellement blanchissants et ne restent pas suffisamment longtemps en contact avec les dents pour agir (même si on respecte bien  le temps de brossage des « 3 minutes »)

La majeure partie est à base de bicarbonate de sodium, qui va, par son action mécanique légèrement abrasive, éliminer les tâches superficielles.

Cela n’a rien à voir avec un blanchiment dentaire, qui lui éclaircit aussi en profondeur.

Il existe aussi des dentifrices bleus qui donnent l’illusion de dents plus blanches, illusion qui ne dure que quelques minutes après le brossage.

D’autres pâtes dentaires colorent la gencive en rouge ce qui augmente le contraste gencives/dents, les faisant apparaitre plus « éclatante de blancheur ».

-Les remèdes traditionnels ou les « trucs d’antan », dits naturels.

En parcourant le monde, on trouve des dizaines de techniques pour se blanchir les dents:

En Afrique, on mâche des morceaux  de racines d’arbres.

En Inde, on utilise les branches de l’Argousier.

En Orient, on fait des mélanges de poudre d’aubergine et de sel marin.

En France, on emploie assez communément le bicarbonate de sodium, le citron, ou le charbon. Ces derniers semblent anodins car « naturels », mais ne sont pourtant pas sans danger! Le bicarbonate de soude (ou de sodium) comme le charbon, sont des  poudres  abrasives: elle vont « éclaircir »  en polissant la surface de vos dents. Ce « gommage » abîme petit à petit l’émail qui protège les dents, et ce de manière irréversible.

De plus, la basicité du bicarbonate va modifier le pH salivaire, donc l’équilibre naturel de la flore de la cavité buccale. Quant au citron , il n’a pas d’action gommante, mais il dissout – par son acidité – progressivement l’émail; cette action corrosive est intensifiée par l’action mécanique couplée de la brosse.

Ce qui est traitre, c’est que, dans un premier temps on peut avoir l’illusion d’un résultat.

C’est un cercle vicieux dangereux parce qu’on peut être satisfait d’un début d’éclaircissement des dents. Mais l’émail devient alors de plus en plus poreux et rugueux, et de ce fait sera plus sensible aux colorations: les dents jauniront alors de plus en plus vite. Les dégâts seront alors irréversibles.

-Pourquoi s’adresser à son dentiste pour un blanchiment dentaire ?

La réponse semble logique puisque votre dentiste est « Le » professionnel de santé spécialiste de votre bouche.

Le soin de vos dents, et globalement de votre  bouche, est complexe et ne doit pas être pris à la légère.

Le blanchiment des dents est un véritable acte médical; bien qu’à visée purement esthétique, le blanchiment nécessite impérativement en aval de s’assurer que les dents sont saines et que les gencives le sont également.

Votre dentiste, après examen de votre dentition, pourra s’assurer que l’indication du blanchiment est bien justifiée et qu’il se pratiquera en toute innocuité.

Le blanchiment en cabinet dentaire est donc la solution la plus efficace, la plus rapide et la plus sûre pour retrouver l’éclat de vos dents .